Profitez de notre offre de lancement ! FORMATION INÉDITE SUR LA PERSONNALITÉ PERVERSE NARCISSIQUE

Trouble du sommeil et dépression

psychologie clinique
insomnie et trouble psychologique manque sommeil et dépression

Pour une santé physique et mentale optimale, la plupart des gens ont besoin d'une routine de six à neuf heures de sommeil chaque nuit. Mais beaucoup ont du mal à dormir. Il existe un lien entre les problèmes de sommeil, en particulier l’insomnie, et la dépression. Nous trouvons fréquemment de l'insomnie chez les personnes souffrant de dépression, en fait, les troubles du sommeil sont l'un des principaux symptômes de la dépression clinique. Plus de 80% des personnes souffrant de dépression souffrent d'insomnie ou d'un type de trouble du sommeil. 


Avant d'aborder la dépression ou l'insomnie, parlons d’abord d'humeur. 

L’humeur : Provient de la médecine hippocratique et désigne quatre substances liquides fondamentales sécrétées par les êtres vivants (sang, flegme, bile jaune, bile noire).

Selon Hippocrate, les différentes maladies reflètent des perturbations de ces humeurs et de leurs combinaisons.

L'humeur (= Thymie) est cette disposition affective fondamentale qui donne à chacun de nos états d'âme, une tonalité agréable ou désagréable, oscillant entre les 2 pôles extrêmes du plaisir et de la douleur, d'après Jean Delay.

Quand l'humeur et les variations pathologiques sont intenses, prolongées, elles entraînent une souffrance significative et un ressentiment sur la vie sociale et professionnelle.

Lorsqu'on parle de trouble du sommeil, nous pouvons référer à une insomnie ou à une hypersomnie.

L'insomnie peut se présenter sous 4 façons différentes : 

Syndrome dépressif = Souvent caractérisé par un sommeil extrêmement léger qui entraîne des troubles de la vigilance dès le lendemain, ainsi que somnolence durant la journée et baisse des performances intellectuelles. On en distingue deux types :

Soit, les patients ont un réveil matinal précoce et ils vont s'endormir « facilement », mais se réveiller vers 3/4h du matin (après 2h à 4h de sommeil) sans la capacité de se rendormir.

Soit, les patients ont du mal à s'endormir et vont y arriver vers 3/4h du matin.

Syndrome anxieux = C’est une Insomnie d'endormissement et de réveil précoce, mais à la différence du syndrome dépressif elle va porter sur des aspects anxieux.

Syndrome maniaque = il est généralement considéré comme un symptôme signale. Le sujet maniaque va dormir extrêmement peu, on constatera une insomnie quasi totale, il peut dormir une à deux heures par jour pendant plusieurs jours. Il n'éprouve et ne ressent pas le besoin de se coucher et il ne sent pas fatiguer ; il n'a pas de somnolence durant la journée ni de ralentissement psychomoteur, et il est débordant d'énergie et éprouve une grande joie de pas dormir, car il pense ne pas perdre de temps ainsi.

➔ Insomnie d'origine organique/somatique = déclenchée par la fièvre, par une pathologie, etc.

Quant à l'hypersomnie, appelée également ivresse du sommeil. Elle se caractérise par le sentiment de ne pas avoir dormi ou pas assez, le patient se plaindra d'une incapacité à se réveiller le matin.

Elle peut se présenter sous 3 formes différentes :

➔  Hypersomnie idiopathique = De causes inconnues.

Hypersomnie liée à une affection psychologique = Le sommeil devient le refuge du patient, le seul endroit où il va se sentir bien.

  Hypersomnie liée à une affection organique.

Comment améliorer les troubles du sommeil ?


Les symptômes psychologiques de la privation de sommeil comprennent les sautes d'humeur, l'irritabilité, l'impatience, l'anxiété, la dépression, la fatigue, une diminution de la vigilance, de la concentration et des troubles de la mémoire et du jugement. Beaucoup d’entre nous estiment que nous ne pouvons pas faire grand-chose pour améliorer notre sommeil, mais ce n'est pas nécessairement le cas. Il y a des choses que nous pouvons faire pour améliorer cette situation, comme aller au lit à la même heure chaque nuit, dormir pendant au moins huit heures et se lever à la même heure chaque matin. Prévoyez 8 heures de sommeil par nuit. Baissez tout stimulus autour de vous, au moins une heure avant d'aller vous coucher, en éteignant les lumières, en baissant le volume de votre télévision et en ralentissant les activités une heure avant le coucher; favorisez les activités relaxantes telles que lire, écouter de la musique relaxante, travailler sur des passe-temps, écrire ou prendre un bain chaud. Si vous prenez des médicaments pour vous aider à dormir, prenez vos médicaments au moins une heure avant de vous coucher. Pour la plupart les gens, les médicaments mettent du temps à faire effet. Évitez les repas copieux juste avant le coucher. Une collation légère aux glucides est adapté, mais ne vous couchez pas l'estomac plein. Évitez la caféine et les sucreries quelques heures avant le coucher. Et garder à l'esprit que l'alcool, qui est un dépresseur, peut induire le sommeil, mais il le perturbera plus tard. L'exercice régulier pendant la journée améliorera votre capacité à vous endormir plus rapidement, à rester endormi plus longtemps et à avoir un sommeil de meilleure qualité. Assurez-vous que votre chambre est silencieuse, pas de musique pour dormir, et éteignez tous vos téléphones. Les personnes souffrant de dépression doivent avoir une alimentation équilibrée composée d'aliments sains et nutritifs, faire de l'exercice régulièrement, se reposer et dormir suffisamment pour la surmonter.